Etendre le CICE au secteur maritime

Lors du projet de loi de finances rectificative 2014, j’ai profité de cette discussion parlementaire pour déposer à nouveau un amendement qui vise à étendre le CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) aux compagnies maritimes, lesquelles sont soumises à la forte concurrence étrangère. C’est le cas de Brittany Ferries, entreprise de la circonscription qui emploie près de 2500 personnes et qui doit faire face à la concurrence anglaise et irlandaise dont les coûts fiscaux sont 20% moins chers.

Malheureusement, l’amendement a été rejeté. Néanmoins, au vu de la situation économique des compagnies maritimes françaises, je ne manquerai pas de le déposer à nouveau lors des prochains débats relatifs au budget.

Retrouvez ci-dessous mon intervention à l’Assemblée :


PLFr 2014 CICE maritime par graves14

Carantec. Adapter les services de la commune à la fluctuation touristique

IMG_9360A l’occasion de la période estivale, j’ai souhaité me rendre à Carantec, haut lieu touristique de la circonscription, qui fait face à un afflux de population important pendant l’été. C’est la raison pour laquelle, j’ai voulu rencontrer les élus de la commune afin de connaître leurs besoins et leurs difficultés au cours de cette période particulière qui voit la population passée de 3.300 à 13.000 habitants.

Ainsi, nous avons évoqué le problème récurrent du ramassage des ordures ménagères, qui, pour les élus de la commune, n’est actuellement pas suffisant au regard de l’augmentation de la population, même si de gros efforts ont été réalisés par Morlaix Communauté depuis le début de l’été pour satisfaire commerçants et habitants.

Par ailleurs, le maire, Jean-Guy Guéguen, m’a fait part de l’investissement récent qui a conduit en 2011, la commune à s’équiper d’une station d’épuration qui permet de traiter l’eau pour 13.000 personnes. Un investissement de 4 millions d’euros qui  répond aux pics élevés de fréquentation de la commune.

Enfin nous nous sommes rendus au Centre aéré, situé sur la plage du Clouët, où j’ai pu constater le succès de cette structure qui accueille actuellement près de 40 enfants venant de Carantec et des communes environnantes.

En dehors de ces sujets liés à la saison estivale, nous avons abordé, en présence de la Directrice Julie Toullec, l’extension et la réhabilitation de l’Ehpad de Kerlizou dont les travaux doivent débuter au premier trimestre 2015. Ce projet doit permettre d’atteindre la capacité autorisée de 48 places en accueil (actuellement 43 en studio) et la création de 14 places en accueil temporaire. Une restructuration indispensable au regard de la liste d’attente d’admission qui ne cesse de s’allonger. Au vu de l’importance de ce chantier, je me suis engagé à alerter le Directeur de l’Agence Régionale de la Santé Bretagne, afin qu’elle puisse contribuer au financement de la rénovation de cet établissement.

Enfin, nous sommes allés visiter l’entreprise Sibiril Technologies, bien connue des Carantécois, laquelle est spécialisée dans la construction de bateaux. En tant que membre de la Commission des Affaires étrangères, je reste très attentif à ces entreprises de la circonscription qui exportent leurs produits hors du territoire national. C’est le cas de cette société qui, hormis la SNSM, client historique des chantiers Sibiril,  vend de plus en plus de bateaux à l’étranger, ce qui lui permet de s’ouvrir à de nouveaux marchés et d’accroître son développement. Un développement qui se concrétise dès l’année prochaine par le recrutement d’une demie douzaine de nouveaux salariés.

Pour sauver Tilly-Sabco

 La fin des restitutions européennes, il y a un an, a jeté les entreprises avicoles bretonnes dans la tempête. Un modèle économique, vieux de trente ans, fondé sur des aides à l’export, s’est effondré sans autre forme de procès.

 Depuis plus d’un an, l’Etat et les collectivités locales, les éleveurs, les industriels et leurs salariés, se battent pour le maintien des emplois et pour la préservation de la filière grand export car la demande mondiale est là.

La semaine prochaine sera décisive. Nous appelons l’ensemble des acteurs de la filière avicole, les grandes coopératives bretonnes, les acteurs financiers agricoles (Sofiprotéol…) et tous les industriels à jouer collectif.

Nous pouvons redonner un avenir à cette filière si chaque maillon du monde agricole prend sa part de responsabilité ; les pouvoirs publics ne pourront accompagner un tel projet qu’à cette condition.

Voilà le défi collectif à relever.

GWENEGAN BUI et ANNIE LE HOUEROU